Tout savoir sur la traque-affût

La traque-affût est une méthode de chasse qui n’est pas nouvelle, mais qui est réapparue récemment. L’idée est de placer des chasseurs sur des miradors dans la zone de chasse, au lieu de les placer à l’extrémité. Tous les miradors sont espacés de 250 mètres, et les chasseurs peuvent tirer à 360 degrés, jusqu’à 40 mètres.

Continue reading

La maladie d’Aujeszky : mort suspecte de plusieurs chiens de chasse

La Fédération de Dordogne sonne l’alerte auprès des chasseurs. Plusieurs décès de chiens à la suite de battues en Périgord noir et dans des communes de Gironde limitrophes de Dordogne. La cause ? Le retour de la maladie d’Aujeszky.

C’est la Fédération des chasseurs de la Dordogne qui a lancé l’alerte sur les réseaux sociaux jeudi 8 décembre au matin. La maladie d’Aujeszky pourrait bien avoir fait son retour cette année. Suite de « la mort suspecte » de plusieurs chiens ayant été engagés dans une chasse au sanglier, la Fédération s’exprime. « Une suspicion de contamination est en cours sur la commune de Villefranche-du-Périgord ».

Mais ça ne s’arrête pas là. Ce qui inquiète le plus la Fédération c’est que « cinq chiens de chasse sont morts dans les jours qui ont suivi des battues au sanglier sur des communes girondines limitrophes de la Dordogne ». Si les résultats des analyses demandées ne sont pas encore connus, « les signes cliniques laissent à penser que la maladie d’Aujeszky serait à l’origine de la mort de ces animaux », comme l’a indiqué la Fédération. Deux chiens sont concernés en Gironde. Les résultats d’analyses devraient être connus ce lundi 12 décembre.

D’où provient cette maladie ?

Historiquement présente dans la faune sauvage, la maladie d’Aujeszky n’est pas transmissible à l’Homme. Le virus touche principalement les populations de porcs sauvages ou encore domestiques. Avec des symptômes qui laissent penser à la rage, la maladie est mortelle pour les chiens. Elle se manifeste souvent par un prurit localisé au niveau de la gueule. Cela pousse l’animal à s’auto-mutiler en essayant de se gratter. Des tremblements de la tête, du cou, puis une démarche vacillante et une paralysie complète interviennent, jusqu’au décès. Rappelons qu’en décembre 2019 cela c’était déjà produit. Quatre chiens qui avaient tous participé à une battue au sanglier sur le canton de Lalinde, avaient succombé au virus.

Lire aussi : Mort suspecte de quatre chiens en Dordogne : la maladie d’Aujeszky confirmée