Tout savoir sur le chien rapporteur

Le Chesapeake Bay Retriever

Un chien ne devient pas rapporteur du jour au lendemain. Ça s’apprend mais surtout ça se travaille. C’est pour cela que le maître, ou l’éleveur doit faire preuve de patience, de persévérance, mais également de rigueur et de cohérence dans le processus d’entrainement.

Le rôle du chien rapporteur est de débusquer, de récupérer et d’emmener le gibier attraper, à son maître. Il peut s’aventurer dans divers environnements comme les champs, les fleuves etc… et tout cela grâce à son côté consciencieux. Cette caractéristique de chien est parfaite pour repérer et traquer les oiseaux aquatiques tels que les canards ou encore les échassiers. Mais ils sont également performants pour chasser les oiseaux plutôt de terre comme les faisans. Après un coup de feu de son maître, il part de ce pas débusquer le gibier visé.

Les qualités qui priment chez les chiens rapporteurs sont : leur flair exceptionnel pour repérer rapidement le gibier; leur patience olympique qui va leur permettre de rester sur place, dans sa cache, en attendant le signal de leur maître; mais également le marking, qui va permettre au chien de bien mémoriser le point de chute de sa proie. 

Quelques exemples de chien rapporteur 

Ce qu’il y a à savoir c’est que n’importe quel chien peut être éduqué pour être un bon chien rapporteur. Mais il y a également certaines races qui naissent avec des aptitudes naturelles. Les principaux concernés sont, pour la grande majorité, des retrievers. 

Comme par exemple, le golden retrievers, qui lui, est doté d’une mémoire remarquable pour retrouver le gibier, et d’un odorat développé. Il a également à son actif un bon sens de l’observation. Agile et motivé, il n’hésite pas à franchir les broussailles et assure une bonne performance dans les marais, au bois ou en plaine.

Ou encore le Chesapeake Bay Retriever qui lui est tout aussi à l’aise sur l’eau que sur terre. C’est un chien particulièrement polyvalent. Doté de pieds de lièvre, il peut facilement creuser son chemin et affronter les terrains boueux.

Lire aussi : Le chien rapporteur

ALLONS-NOUS CHASSER LES PERRUCHES EN VILLE ? 

Perruche dans la ville d'Antibes

Cela fait quelques mois que la place de Gaulle, située à Antibes dans le sud de la France, n’est plus si calme qu’auparavant. En effet, les riverains mais également les arbres de cette ville payent les frais de centaines de perruches qui ont élu domicile dans cette ville pourtant si calme et charmante.  

Lors du dernier conseil du quartier, une décision a été prise. Celle de faire le nécessaire pour éviter les nuisances provoquées par ces volatiles. Ce n’est pas seulement un problème sonore. C’est surtout les fiantes qui dégradent les aménagements, les mobiliers urbains et tout ce qu’il s’ensuit qui posent problème aujourd’hui. 

C’est pourquoi ils ont décidé de faire appel aux services des fauconniers pour intervenir en soirée et même durant la nuit. Ces interventions se feront en deux périodes distinctes. La première aura lieu du 30 mai jusqu’au 3 juin et l’autre intervention sera du 14 au 18 novembre. Elles serviront à effrayer les perruches afin d’éviter un prélèvement sur celle-ci, même si ces espèces sont considérées comme invasives. 

Alors est-ce réellement la solution à adopter ou simplement un compte à rebours reporté ? 

Source : BFM TV