Piége Photographiques PIE 1009 Num’Axes un bon choix ?

Découverte du piège photographiques PIE 1009 seul ou en Pack complet

Le PIE 1009 est un appareil qui permet de prendre des photos et de vidéos de plusieurs minutes. Il est fonctionnel et les leds sont invisibles , placé à quelques mètres d’une coulée, il captera tout les animaux passant entre 5 et 20 mètres. le PIE 1009 à la capacité de Filmer en Full HD et d’obtenir une qualité vidéo irréprochable. Facilement mis en marche il est possible de voir sur l’écran directement vos prises d »images.

Caractéristiques du piège photographique PIE1009

Leds invisibles No-Glow
Distance de détection du capteur PIR : jusqu’à environ 20 m
Angle de détection du capteur PIR : 45° – 50°
Sensibilité du capteur PIR : ajustable – faible / moyenne / haute
Flash infrarouge : 940 nm – portée jusqu’à environ 20 m
Flash infrarouge à activation automatique en fonction de la luminosité
Vous pouvez contrôler le nombre de LED Infrarouge qui flashent quand une photo/vidéo est prise par faible luminosité.
Capteur d’images : 5 Méga Pixels couleur CMOS

Modes de capture :
Photo : de 1 à 3 photos par déclenchement
Vidéo avec enregistrement audio : durée programmable (10, 20, 30 ou 60 secondes)
Photo + Vidéo avec audio : une photo puis une vidéo sont prises à chaque déclenchement

Résolution photo : 5 MP, 8 MP, 12 MP
Résolution vidéo : VGA 640 x 480 p, HD 1280 x 720 p, Full-HD 1920 x 1080 p
Mode détection PIR : l’appareil prend des photos ou des vidéos lorsqu’il est déclenché, c’est-à-dire que le capteur infrarouge passif (PIR) a détecté de l’activité dans la zone qu’il couvre
Mode Time Lapse : des photos sont prises automatiquement à intervalles de temps réguliers pendant une plage horaire définie par l’utilisateur (vous pouvez programmer jusqu’à 3 plages horaires différentes)
Marquage sur les photos et les vidéos : heure, date, température, phase lunaire, numéro de série de l’appareil, niveau de charge des piles
Mémoire externe : carte SD jusqu’à 32 GB (non fournie)

Fiable et efficace

Garantie : 2 ans
Conçu pour résister aux intempéries (IP66)
Vitesse de déclenchement : moins d’une seconde
Ergonomie du piège photographique PIE1009

Poids : 600 g
Dimensions : 138 x 105 x 70 mm
Alimentation : 8 piles AA LR06 (non fournies)
Alimentation externe possible en option : bloc d’alimentation, panneau solaire
Ecran LCD 2 pouces (~ 5 cm) TFT couleur
Port USB pour le téléchargement des fichiers

inclu :

1 piège photographique PIE1009
1 câble USB
1 sangle de fixation en nylon
1 guide d’utilisation

Nos conseils :

Vous trouverez ci-dessous une liste de conseils utiles pour obtenir les meilleurs résultats avec le piège photographique :

Installez l’appareil à environ 1,5 m/2 m de hauteur en l’orientant légèrement vers le bas.
Installez l’appareil face au nord ou au sud. N’orientez pas l’appareil face à l’est ou à l’ouest car le lever et le coucher du soleil peuvent provoquer des déclenchements intempestifs et produire des images surexposées.
Pour surveiller une coulée, pointez l’appareil le long de la coulée plutôt que perpendiculairement. Ceci permet de voir plusieurs animaux à la fois s’ils passent en file.
Dégagez les branches ou herbes se trouvant devant l’appareil. En cas de vent ou de températures élevées, elles pourraient causer des déclenchements intempestifs.

Calendrier trés spécial

 

Girls Schweiz 2016

6 Mois de Prison avec Sursis et 1150€ d’amende pour avoir enterré son chien vivant

L’affaire avait indigné les internautes et les photos de cette chienne déterrée par un promeneur avait fait le tour du web. Le propriétaire de l’animal, qui voulait s’en débarrasser, a écopé de huit mois de prison avec sursis.

Un jeune homme a été condamné ce mercredi à Versailles à huit mois d’emprisonnement avec sursis pour avoir enterré sa chienne vivante, sa laisse lestée de pierres, en 2015, dans les Yvelines.
Le tribunal correctionnel a également interdit au prévenu de détenir un chien pendant cinq ans.

Le 1er août 2015 à Carrières-sur-Seine, un promeneur avait remarqué une forme étrange qui se dessinait sous terre: la truffe d’un animal qui respirait encore dépassait à peine. En creusant, il avait trouvé une chienne, un dogue de Bordeaux.

Autour de son cou, une laisse attachée à un sac de pierres, le tout profondément enterré pour l’empêcher de refaire surface. La chienne, affaiblie et choquée, avait été prise en charge par des vétérinaires et la police avait rapidement interpellé son propriétaire.

La chienne est morte en début d’année

Pour « acte de cruauté » mais aussi pour avoir copieusement insulté les policiers qui l’ont interpellé, l’accusateur avait requis à son encontre six mois d’emprisonnement avec sursis et l’interdiction à l’avenir de détenir un chien. Le prévenu devra payer 150 euros de dommages et intérêts aux deux policiers qu’il a injuriés et 1 000 euros aux sept organisations de défense des animaux qui se sont constituées partie civile.

L’affaire avait indigné les internautes: les photos prises par le promeneur qui a sauvé la chienne ont été partagées plus de 185 000 fois sur le réseau social Facebook, et une pétition demandant « la peine maximale » pour son maître a recueilli plus de 550 000 signatures sur la plateforme mesopinions.com.

La chienne, adoptée par une famille d’accueil, est morte en début d’année.

« Il aurait pu l’amener à une association »

A l’audience, le 8 juin, cet homme de 22 ans avait assuré qu’il n’avait «jamais maltraité» son chien et que l’animal s’était enfui alors qu’il le promenait en pleine nuit. Sans convaincre: la chienne, nommée Athéna, était âgée de 10 ans et handicapée. «Votre chien, il est dans un tel état que s’enfuir sans que vous le retrouviez, ça pose un peu question», lui avait lancé la présidente, et «vous n’avez pas remué ciel et terre pour le retrouver !». La chienne, avait-elle avancé, était sans doute devenue «un poids» pour le prévenu. Celui-ci a «peut-être été dépassé par la possession de ce chien» âgé et boiteux, avait appuyé le procureur, mais s’il voulait s’en débarrasser, «il aurait pu l’amener à une association».

Le mot de la PAge Facebook Fondation Assistance Aux Animaux
Le tribunal de Versailles a requis six mois d’emprisonnement avec sursis à Versailles pour le jeune homme de 22 ans. Il est accusé d’avoir enterré sa chienne vivante.

Les faits remontent en mai 2015 Carrières-sur-Seine. Un passant tombe sur un fait terrible. Il remarque un bruit provenant de la terre. En creusant, il découvre qu’il s’agissait d’une chienne, un dogue de Bordeaux enterrée vivante. Après alerte, le propriétaire sera rapidement interpellé.

Devant le tribunal, ce dernier a tenté de se défendre. « J’ai jamais maltraité mon chien. J’avais tellement de soucis. Le seul réconfort dans ma vie c’était de m’occuper de mon chien», a-t-il indiqué.

Un argumente qui ne semble pas convaincre la présidente du tribunal. « Votre chien, il est dans un tel état que s’enfuir sans que vous le retrouviez, ça pose un peu question. Vous n’avez pas remué ciel et terre pour le retrouver », lance-t-elle.

Nommée Athéna, la chienne âgée de 10 ans est également handicapée. Agé de 22 ans, le propriétaire a été condamné à six mois d’emprisonnement avec sursis et l’interdiction à l’avenir de détenir un chien. Adoptée par une famille d’accueil, la chienne est morte en début d’année. Le jeune homme devra attendre le 29 juin prochain, date de son jugement, pour connaître sa peine

La Fondation Assistance aux Animaux, partie civile au procès, a lourdement insistée sur le nécessite d’une peine plus lourde eu égard la lente agonie à laquelle Athena n’a achappée que par hasard et grâce à un jeune homme qui tout mis en oeuvre pour la sauver.

Sanglier de Dole (Suite)

Comme nous vous l’expliquions il y a quelques jours les sangliers de Dole était présent en ville depuis de nombreux jours.

L’opération sanglier de la Bedugue est terminée. Le ou les sangliers n’ont plus réapparu depuis trois jours. Après une dernière battue effectuée lundi 27 juin en soirée entre 20 h 30 et 21 heures, le garde-chasse Daniel Dugois a enlevé le deuxième piège installé le 20 juin.

D’après le président de la Fédération de chasse du Jura, Christian Lagalice, il n’y a plus lieu de s’inquiéter. « L’arrêté de la préfecture est toujours d’actualité, mais, si d’ici une semaine, les animaux sauvages ne font pas de réapparitions il sera caduc. » Le ou les sangliers ont disparu car ils ont été dérangés par le voisinage.

« Nous sommes passés du niveau 4 au niveau 1 de veille, explique le président de la Fédération. Le deuxième piège devrait être enlevé ce mercredi 29 juin, car il n’y a plus de menace. Ils ont été vus à la limite de la forêt de Chaux. Par contre, rien ne dit qu’à un moment ou à un autre on ne les revoit pas, car lorsqu’ils trouvent un endroit humide, comme c’est le cas dans le petit bois de la Bedugue, ils reviennent. »

L’outarde gagne son combat judiciaire

Le tribunal correctionnel de Nîmes a condamné ce mercredi après-midi, la structure qui gère et supervise le chantier du contournement TGV. La société a été condamnée à 7 000 euros d’amende dont 3 000 avec sursis pour atteinte à une espèce protégée à savoir l’outarde canepetière. Un oiseau qui niche souvent sur les terres des Costières.

En 2013, en période de nidification, les ouvriers travaillant sur la nouvelle ligne TGV avaient coupé l’herbe et défriché plusieurs zones à Nîmes, Beauvoisin et Bernis obligeant l’espèce protégée en France mais aussi en Europe à trouver d’autres espaces. Deux associations de protection des animaux recevront chacune 3 000 euros de dommages et intérêts.

 

 

Braconnier intercepté dans le Sud de la France.

– BRACONNAGE NOCTURNE DANS LA VALLÉE DU RHÔNE –

ROQUEMAURE (30).Un braconnier pris en flagrant délit.
Dans la nuit du 28 au 29 juin 2016, les agents de la garderie fédérale ont interpellés un individu qui était venu se posté dans la plaine, pour tirer les sangliers avec des munitions prohibées (chevrotine).
La procédure a été transmise au tribunal compétent.

48ER_259845_2